fbpx
Blog Header-min

Une maman enceinte de Queens a déménagé au centre de détention de l'ICE en Louisiane

PAR Molly Crane-Newman, Leonard Greene et Kerry Burke
New York Daily News

Une maman enceinte du Queens, prise dans le filet d'immigration de l'administration Trump, a remporté mardi un séjour d'expulsion de dernière minute - juste avant que les agents fédéraux de l'immigration ne l'emmènent au Guatemala, ont déclaré ses avocats.

La détention a été prononcée par un juge de la Cour fédérale de Manhattan quelques heures après que la Commission des appels en matière d'immigration a rejeté la demande de suspension de l'expulsion d'Alma Sofia Centeno Santiago. La décision de la BIA a ouvert la voie à son renvoi imminent, mais le sursis de dernière minute de l'expulsion lui fera gagner plus de temps pour plaider sa cause, selon les avocats de la division Protection des immigrants du New York Legal Assistance Group.

Les membres de la famille de Santiago dans le Queens ont poussé d'énormes soupirs de soulagement lorsqu'ils ont entendu qu'elle ne serait pas expédiée mercredi - mais les tensions sont toujours vives, a déclaré un parent.

"Nous sommes heureux parce que nous ne savions vraiment pas ce qui allait se passer aujourd'hui", a déclaré Naomi Santiago, 26 ans, la nièce de la mère détenue.

Alma Santiago, qui avait 18 ans lorsqu'elle a pénétré aux États-Unis en 2004 - puis a été frappée d'une ordonnance d'expulsion après avoir raté une comparution en justice à San Antonio - a été arrêtée par des agents de l'immigration et des douanes le 12 avril et placée dans un centre de détention dans le comté de Bergen, NJ Elle a deux jeunes enfants qui sont nés aux États-Unis et sont des citoyens américains.

Tôt mardi, alors que l'histoire de Santiago apparaissait en première page du Daily News, ICE l'a transférée en Louisiane en préparation de son expulsion mercredi, ont déclaré ses avocats.

Après que la BIA a statué contre elle à 15h30, les avocats de Santiago ont couru à la Cour fédérale de Manhattan pour réessayer pour un séjour - et cette fois, ils ont gagné.

«Une équipe dédiée (avocats) a déposé une demande d'urgence…. pour empêcher ICE de déporter Alma demain matin après qu'elle a été transférée dans un établissement ICE en Louisiane plus tôt dans la journée », a déclaré Melissa Chua, directrice adjointe de la protection de l'immigration pour le NYLAG.

«Le tribunal a accordé ce soir une ordonnance d'interdiction temporaire empêchant le renvoi d'Alma des États-Unis afin de lui donner l'occasion de faire valoir pleinement ses prétentions. Le tribunal mènera de nouvelles procédures la semaine prochaine », a déclaré Chua. «Nous continuerons de lutter pour le droit d'Alma d'être entendue et son droit de rester avec ses enfants citoyens américains.»

Santiago, 33 ans, enceinte de trois mois, se bat pour l'asile légal. Ses avocats ont déclaré qu'elle n'avait jamais été informée de sa date d'audience au Texas il y a des années et qu'elle voulait maintenant avoir la possibilité de modifier son statut.

Tard mardi, la mère de Santiago, 70 ans, Adeleida Santiago, a déclaré à The News: «Je suis simplement heureuse parce qu'elle n'a pas été déportée comme nous le craignions. Je veux qu'ils la libèrent parce que nous avons besoin d'elle ici à la maison. Je souhaite juste qu'elle soit ici en ce moment. »

Alors que l'esprit de la famille s'épanouissait, la fille de Santiago, Amy Julieth Alvarez Centeno, 11 ans, a exprimé son soulagement. «Je suis ravie qu'ils aient arrêté l'expulsion de ma mère», a-t-elle déclaré à The News.

«Si elle retournait au Guatemala, il n'y aurait personne pour s'occuper d'elle pendant sa grossesse. J'étais tellement triste parce que si elle retournait au Guatemala, je ne la reverrais peut-être jamais.

«Tout le monde est ici. Personne n'est là pour nous. Elle veut juste être avec sa famille », a déclaré la petite fille. "Ce n'est pas juste. Ma mère n'est pas une criminelle. Ma mère est une grande femme. "

La nièce de Santiago, Naomi Santiago, 25 ans, a remercié ceux qui se sont rassemblés autour de la femme pour arrêter sa déportation et leur donner un «miracle».

«Nous nous sentons heureux parce que l'expulsion a été arrêtée. Nous voulons qu'elle soit libérée. Nous voulons remercier tout le monde pour l'aide qu'ils ont apportée à notre famille », a-t-elle déclaré à The News.

«Nous avions de l'espoir. Nous n'avons pas perdu la foi. Nous espérions un miracle et celui-ci en est un. Elle était presque en route pour le Guatemala; maintenant, elle revient de la Louisiane. »

Melissa Chua, avocate et directrice de la division de la protection des immigrants au New York Legal Assistance Group, a déclaré à The News: «Plus tôt dans la journée, Alma avait été transféré du centre de détention du New Jersey. Nous avons déposé une demande d'urgence pour l'empêcher d'être renvoyée des États-Unis afin que ses réclamations soient pleinement entendues. »

L'avocate Danielle Tarantolo, co-directrice de NYLAG, a déclaré qu'une audience judiciaire aura lieu la semaine prochaine "au cours de laquelle nous aurons une plus grande opportunité de présenter ses réclamations pour arrêter son renvoi".

Lorsqu'on lui a demandé si Santiago serait autorisé à retourner à New York, Chua a expliqué: «Ce n'était pas couvert par l'ordonnance du tribunal, mais nous espérons qu'elle reviendra,

«Nous voulions nous assurer qu'elle a la capacité et la possibilité de faire valoir ses prétentions et d'être entendue par le tribunal. Nous continuerons à nous battre pour qu'elle soit entendue et à rester avec sa famille aux États-Unis. »

Une affaire devant la Cour suprême, Pereira c. Sessions, met en évidence le fait que des milliers de personnes comme Santiago avec des mesures de renvoi à leur encontre n'ont pas été suffisamment informées de leurs comparutions devant le tribunal, ont déclaré ses avocats.

Publié à l'origine dans le New York Daily News le 25 juin 2019

Partager cette publication

Articles Liés

Recently-arrived migrants in a crowd looking at paper with a security guard

Migrants Encounter ‘Chaos and Confusion’ in New York Immigration Courts

New York’s immigration systems are severely overwhelmed and unprepared to address a growing backlog of cases for newly-arrived migrants. The “chaos and confusion” come “at the expense of people’s rights and people’s ability to seek legal protection in the United States,” NYLAG’s Jodi Ziesemer commented in this article from The New York Times.

Lire la suite "

For-Profit ASA College Deceived Immigrant Students, NYC Says

The Department of Consumer and Worker Protection found that advertisements made by the for-profit ASA college violated the City’s Consumer Protection Law by preying on vulnerable immigrants with deceptive marketing and advertising. This article from Documented cites NYLAG’s previous fight against deceptive advertising by ASA through our class action lawsuit against the college in 2014.

Lire la suite "
Français
Retour haut de page